Chaque battement de cœur est un triomphe.

Quand une crise cardiaque frappe. Quand une valve cardiaque ne fonctionne pas. Quand une artère est bloquée. Quand un bébé né avec un cœur brisé fait face à une vie d’interventions… chaque battement de cœur devient à jamais un triomphe. Un triomphe pour nos patients, leurs familles et la société. Pour nos chirurgiens, notre personnel infirmier et nos cardiologues dévoués. Et pour nos chercheurs et techniciens.

Nous ne prenons jamais ces triomphes pour acquis.

Car même si nous améliorons continuellement notre capacité de sauver des vies, nous sommes toujours à la traîne. Toutes les sept minutes, un Canadien ou une Canadienne meurt d’une maladie cardiaque ou vasculaire. Ce sont 70 000 Canadiens et Canadiennes chaque année, soit le quart de tous les décès. Pour les femmes, le fardeau est encore plus lourd : une sur quatre sera ainsi emportée. Les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux représentent la première cause de décès prématuré chez les femmes.

Il y a plusieurs raisons derrière ces chiffres sinistres. Notre population vieillit. Les Canadiens de tous les âges ne sont pas aussi actifs qu’ils et elles devraient l’être. Les ressources publiques sont mises à rude épreuve. Et l’accès aux meilleurs soins est inégal et inefficace. Néanmoins, nous encaissons personnellement chaque perte. Parce que nous croyons que la plupart d’entre elles auraient pu être prévenues. Les risques peuvent être réduits. Les décès peuvent être évités. Nous avons un plan pour y arriver : nous planifions stopper la progression de la maladie cardiaque.

Comment pouvez-vous faire partie de notre plan?