Image of group with sign posing on stairs

Lorsque les épouses de deux de ses employés sont décédées d’un cancer de l’ovaire, John Blachford, PDG de l’entreprise manufacturière Blachford, a su qu’il devait faire une différence. Ces deux femmes n’avaient qu’une cinquantaine d’années, et les traitements pénibles et interminables qu’elles suivaient n’ont pas suffi à les sauver.

« Dans le cas de ces deux femmes, le cancer a été détecté trop tard. L’un des pires aspects du cancer de l’ovaire est qu’il frappe les femmes au milieu de leur vie », explique M. Blachford.

Le cancer de l’ovaire est une maladie sournoise et mortelle, qui ne présente souvent des symptômes qu’à ses stades les plus avancés. Avec le cancer de l’endomètre, il est la quatrième cause de décès du cancer chez les femmes. Toutefois, s’il est détecté à un stade précoce, la maladie peut être traitée et même guérie. Lorsque M. Blachford a appris que la Dre Lucy Gilbert, directrice du département de gynécologie oncologique au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), avait mis au point un test de dépistage précoce, il y a vu l’occasion de rendre hommage aux épouses de ses employés.

« Ces deux femmes ont eu sur moi un immense impact. Si seulement le cancer avait été détecté plus tôt. Quand j’ai lu au sujet de l’excellent travail de la Dre Gilbert, j’ai voulu la soutenir », explique M. Blachford.

Au nom de ses 365 employés dans le monde, la société Blachford a fait un don de 250 000 $ pour créer la Bourse de recherche Blachford sur le cancer de l’ovaire. Cette nouvelle bourse soutiendra la Dre Gilbert et son équipe dans le cadre de l’essai clinique final du test de détection précoce DOvEEgene.

La Dre Gilbert a mis au point le test DOvEEgene après avoir vu au fil des ans de nombreuses femmes mourir d’un cancer de l’ovaire ou de l’endomètre en raison d’un diagnostic tardif. Le test fonctionne à peu près comme un frottis cervical, en prélevant un petit échantillon dans l’utérus. L’échantillon est soumis à un test d’ADN qui permet de détecter le cancer à son stade le plus précoce.

« Je vois très souvent des diagnostics tardifs. C’est dévastateur de savoir que si nous l’avions détecté plus tôt, ces femmes auraient survécu. L’essai clinique de stade 3 du test DOvEEgene est l’aboutissement de plusieurs années de travail, et je suis reconnaissante envers Blachford de nous soutenir pour que toutes les femmes puissent en bénéficier », affirme la Dre Gilbert.

Les taux de survie du cancer de l’ovaire ne se sont pas améliorés depuis plus de 30 ans, un fait étonnant compte tenu de la vitesse à laquelle la médecine et la technologie ont progressé. Il y a trente ans, des entreprises comme Blachford utilisaient des télécopieurs et des machines à écrire. Entre les machines à écrire et les tablettes, aucune nouvelle technologie n’a été développée pour améliorer les taux de survie des cancers de l’ovaire et de l’endomètre. Jusqu’à aujourd’hui.

Blachford a été fondée à Montréal en 1921 et fabrique une large gamme d’items, des produits de réduction du bruit aux composés chimiques industriels. John Blachford a grandi près de l’usine d’origine de la compagnie, sur Lucien-L’Allier, et il est fier de soutenir l’innovation en matière de soins de santé dans sa ville natale. Il s’empresse de souligner que ce don ne vient pas seulement de lui, mais de chacun et chacune de ses employés.

« Blachford a célébré son centième anniversaire en 2021, et nous n’aurions jamais pu atteindre cette étape ou connaître un tel succès sans le dévouement de nos employés. Ce don ne serait pas possible sans eux », déclare M. Blachford.

DOvEE est une priorité de la campagne Osez rêver de la Fondation du CUSM, qui a un objectif de 200 millions de dollars visant à transformer des vies et faire évoluer la médecine. La campagne Osez rêver : arrêter le tueur silencieux a permis de recueillir plus de 2 millions de dollars pour soutenir le grand rêve de la Dre Gilbert et faire du test DOvEEgene un élément de routine des soins de santé des femmes, et ainsi sauver d’innombrables vies.