Laboratoire de transplantation d’îlots

La transplantation de cellules d’îlot pancréatique est un traitement novateur susceptible de révolutionner le traitement du diabète de type 1. Nous avons démontré qu’il était possible de vivre sans injection d’insuline et notre procédure est une 1re étape clé vers l’amélioration de la qualité de vie des patients souffrant de diabète de type 1.

Dr Steven Paraskevas

directeur du Programme de transplantation du pancréas et d’îlots, CUSM

Le défi

Recevoir un diagnostic de diabète de type 1 change la vie. Cette maladie, qui ne peut être prévenue, représente une lutte constante car il faut contrôler les taux de sucre dans le sang tout au long de sa vie et faire des injections quotidiennes d’insuline, ce qui peut transformer de simples tâches comme la planification des repas ou la pratique d’exercices physiques de base en véritable défi. S’il n’est pas traité, le diabète de type 1 peut engendrer de sérieuses complications, dont la cécité, un accident vasculaire cérébral, de l’insuffisance rénale ou des maladies cardio-vasculaires.

Comme les complications du diabète de type 1 affligent de plus en plus de Canadiens et vu que les frais liés à la surveillance adéquate de la maladie sont en croissance, il est urgent de donner accès à de nouveaux traitements novateurs qui permettront d’améliorer la gestion personnelle du diabète de type 1, de réduire le risque de complications et d’alléger ainsi le fardeau qui pèse sur notre système de santé. 

La solution

muhc-foundation-dr-steven-paraskevas-islet-transplant-lab-200x300Le Laboratoire de transplantation d’îlots du CUSM s’évertue à améliorer la qualité de vie des patients qui souffrent de diabète de type 1 et il se spécialise dans la recherche et la transplantation des cellules d’îlot pancréatique, une procédure novatrice qui permet au corps de reproduire sa propre insuline. Développée comme alternative à la transplantation du pancréas – qui comporte des risques majeurs et nécessite souvent un passage prolongé à l’unité des soins intensifs – la transplantation de cellules d’îlot débute par la séparation et l’isolation des cellules d’îlot du pancréas du donneur d’organes, une procédure qui requiert des années d’investissements en termes de technologie et d’expertise médicale. Une fois isolés, les îlots peuvent être infusés dans le foie du patient par l’intermédiaire d’un petit cathéter dans l’abdomen, éliminant ainsi le recours à la chirurgie. Cette procédure minimalement invasive a grandement amélioré la qualité de vie des patients, car il y a moins de risques d’infection et ils se rétablissent plus rapidement après l’intervention.

Au cours des 10 dernières années, le CUSM a développé une véritable expertise pour réaliser cette procédure. Il est le seul centre dans l’Est du Canada et l’un des 12 centres en Amérique du Nord capable d’isoler et de transplanter des cellules d’îlot pancréatique de source humaine. Le CUSM a réalisé la toute 1re transplantation d’îlots au Québec et afin de demeurer un chef de file en transplantation d’îlots, il doit :

  • Mener des recherches qui permettront de parfaire la procédure de transplantation de cellules d’îlot pancréatique afin que cela devienne un traitement viable pour plus de patients souffrant de diabète de type 1 au Canada
  • Acheter de l’équipement médical ultra-moderne pour améliorer la procédure de transplantation en maximisant le nombre de cellules d’îlot qui peuvent être isolées et infusées, augmentant ainsi les taux de réussite
  • Recruter les meilleurs experts pour que les patients puissent bénéficier des dernières recherches et des meilleurs traitements en matière de transplantation d’îlots, et ce, ici même
  • Améliorer les résultats auprès des patients en leur offrant une procédure plus sécuritaire et non invasive qui permet de réduire le séjour à l’hôpital ainsi que les risques associés

Créer un réseau de cellules d’îlot pancréatique pour que d’autres centres de soins de santé puissent effectuer des transplantations de cellules d’îlot, augmentant ainsi le nombre de patients qui bénéficieront de cette procédure

Comment vous pouvez nous aider

Nous amassons 1 M$ pour soutenir les besoins du Laboratoire de transplantation d’îlots du CUSM.

Vous pouvez faire un don en ligne, télécharger notre formulaire de don ou nous appeler au 514-843-1543.

Suivez-nous

In case you missed it: How is COVID-19 spreading in Montreal? Centre universitaire de santé McGill - McGill University Health Centre Infectious Disease Specialist Dr. Donald Vinh joined CTV Montreal’s Mutsumi Takahashi to discuss enforcing public health guidelines, the curfew and how to combat COVID-19 vaccine hesitancy. 🏥⁣ Full interview📱➡️ bit.ly/3sERI3b ... See MoreSee Less

View on Facebook

Le Dr Mathieu Maheu-Giroux, un scientifique de MI4 et épidémiologiste à l’Université McGill, a reçu le prix Scientifique de l'année 2020 de Radio-Canada. Cet honneur souligne le projet du Dr Maheu-Giroux avec l’Institut national de santé publique du Québec pour informer le public du taux de transmission de la COVID-19 au Québec. Cet important travail fournit au gouvernement du Québec des données essentielles pour l’aider à prendre des décisions en matière de santé publique et a été rendu possible grâce aux dons de notre communauté au fonds d'urgence pour la COVID-19 de la Fondation du CUSM.
McGill Faculty of Medicine and Health Sciences
---
MI4 scientist & epidemiologist at McGill University, Dr. Mathieu Maheu-Giroux has received Radio-Canada’s 2020 Scientists of the Year Award. This honor highlights Dr. Maheu-Giroux’s project with the Institut national de santé publique du Québec to inform the public of Quebec’s COVID-19 transmission rate. This important work is providing the Quebec government with critical data to help make public health decisions and is made possible thanks to our community’s donations to the MUHC Foundation’s COVID-19 Emergency Fund.Félicitations à Mathieu Maheu-Giroux, un de quatre lauréats pour le prix du Scientifique de l'année 2020 de Radio-Canada. McGill Faculty of Medicine and Health Sciences

En utilisant un modèle mathématique qui est calibré aux données passées d'hospitalisations, on estime un taux de transmission pour la dernière période et on projette ce taux pour les trois ou quatre prochaines semaines”, explique Mathieu Maheu-Giroux, épidémiologiste à l’Université McGill, dont l’équipe fournit, chaque semaine, de nouvelles données à l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux, l’INESSS, sur le nombre de lits que pourraient occuper les patients atteints du coronavirus.

Julien Arino, Marc Brisson, Caroline Colijn et Mathieu Maheu-Giroux remportent le prix du Scientifique de l’année 2020 de Radio-Canada
ici.radio-canada.ca/nouvelle/1763158/scientifiques-annee-2020-radio-canada-modelisateurs-pandemie
... See MoreSee Less

View on Facebook

This week on Health Matters: your questions, answered. Centre universitaire de santé McGill - McGill University Health Centre cardiologist, Dr. Nadia Giannetti answers listeners’ questions about their heart health. And, Dr. Don Sheppard, infectious disease specialist & director of MI4, shares the latest information about COVID-19, the vaccination campaign and answers pressing questions about masks, at-risk groups and when we can anticipate more people getting vaccinated.

Where to listen 🎧:
Web: bit.ly/3beMKBH
Spotify: spoti.fi/32HFxrc
Apple: apple.co/35NvItS
... See MoreSee Less

View on Facebook

This Sunday on Health Matters: Centre universitaire de santé McGill - McGill University Health Centre cardiologist, Dr. Nadia Giannetti and Dr. Don Sheppard, infectious disease specialist, will answer your health questions live. Do you have a question about heart health, COVID-19 or the vaccines? Post in the comments below ⬇ or send us a direct message! And tune in to CJAD 800 Montreal live at 12pm on January 17th. ... See MoreSee Less

View on Facebook

We are proud to support this innovative project through our COVID-19 Emergency Fund!Saliva sampling should be considered as an alternative to nasopharyngeal swabs for detecting SARS-CoV-2 infection, according to a new study by a group of researchers at the RI-MUHC and McGill University. Researchers found that the sensitivity of saliva vs nasopharyngeal swab samples was virtually identical. “Nasopharyngeal swabs are very sensitive, but they are time-consuming and require a trained health professional to administer. Saliva-based samples are as sensitive and much cheaper, while having the advantage of being self-collected. This removes the need for a trained health professional and reduces exposure risk,” explains the corresponding author of the study, Jonathon Campbell, a postdoctoral fellow at the RI-MUHC.

Read more on our website: bit.ly/2K9qZuf
Read the original article in the Annals of Internal Medicine: www.acpjournals.org/doi/full/10.7326/M20-6569

This work was supported by the McGill Interdisciplinary Initiative in Infection and Immunity (MI4) with seed funding from the Fondation CUSM - MUHC Foundation.
... See MoreSee Less

View on Facebook