Tout au long de la pandémie de COVID-19, nous avons entendu de nombreuses histoires de médecins administrant des traitements vitaux ou d’infirmières s’occupant de patients aux soins intensifs. Les récits que nous entendons moins sont ceux des personnes qui travaillent dans les coulisses face à cette crise sanitaire. Au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), les techniciens de laboratoire sont parmi les héros méconnus de cette pandémie, produisant quotidiennement des centaines de résultats pour le dépistage de la COVID-19.

Depuis le mois de mars, le laboratoire de microbiologie du CUSM a traité des dizaines de milliers de tests de la COVID-19. Membre du nouveau programme Optilab du gouvernement du Québec, qui a mis en place 11 installations à haut volume à travers la province pour augmenter l’efficacité tout en diminuant les coûts, le laboratoire est ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ses technologues et employés travaillent sans relâche pour fournir des résultats de test non seulement à l’hôpital, mais aussi aux cliniques de la région.

Depuis le mois de mars, le laboratoire de microbiologie du CUSM a traité des dizaines de milliers de tests de la COVID-19.

Depuis le mois de mars, le laboratoire de microbiologie du CUSM a traité des dizaines de milliers de tests de la COVID-19.

Le passage d’un échantillon à un résultat positif ou négatif prend environ 24 heures. Le personnel du laboratoire, qui compte plus de 60 personnes, suit des procédures strictes pour s’assurer qu’il ne court jamais de risques.

« Lorsque nous préparons des échantillons, nous suivons de nombreuses mesures de sécurité, explique Toula Nickolaou, chef de service des laboratoires de microbiologie. Nos technologues portent des blouses, des visières, des masques et deux paires de gants. »

Les techniciens de laboratoire doivent ouvrir les tubes d’échantillons pour les préparer à l’analyse. Pour le faire en toute sureté, ils travaillent sous une enceinte de sécurité biologique (semblable à une hotte) pour s’assurer qu’aucune particule d’aérosol ne s’échappe. De plus, un périmètre est érigé pour garantir que l’air autour des techniciens ne soit pas perturbé, pour ne laisser échapper aucune minuscule gouttelette contaminée.

Pour le faire en toute sureté, ils travaillent sous une enceinte de sécurité biologique (semblable à une hotte) pour s’assurer qu’aucune particule d’aérosol ne s’échappe.

Pour le faire en toute sureté, ils travaillent sous une enceinte de sécurité biologique (semblable à une hotte) pour s’assurer qu’aucune particule d’aérosol ne s’échappe.

« Au cours de mes 36 années de travail dans des laboratoires cliniques hospitaliers, notamment lors des éclosions de SRAS et de H1N1, nous avons toujours essayé de nous assurer que les technologues se trouvent dans un environnement de travail sûr, explique Toula. Nous sommes formés pour traiter tous les échantillons comme potentiellement infectieux, et cela nous protège. »

Avec une tâche aussi importante à accomplir, les experts en microbiologie du CUSM sont allés au-delà des attentes, faisant des heures supplémentaires au besoin, restant tard pour mettre le prochain quart de travail à jour et différant volontairement des vacances pour s’assurer que le laboratoire ne soit jamais à court de personnel.

Avec une tâche aussi importante à accomplir, les experts en microbiologie du CUSM sont allés au-delà des attentes, faisant des heures supplémentaires au besoin, restant tard pour mettre le prochain quart de travail à jour et différant volontairement des vacances pour s’assurer que le laboratoire ne soit jamais à court de personnel.

Avec une tâche aussi importante à accomplir, les experts en microbiologie du CUSM sont allés au-delà des attentes, faisant des heures supplémentaires au besoin, restant tard pour mettre le prochain quart de travail à jour et différant volontairement des vacances pour s’assurer que le laboratoire ne soit jamais à court de personnel.

« Notre équipe a été tout simplement incroyable, conclut Toula Nickolaou. Je leur suis tellement reconnaissante pour leur dévouement. »

Soutenir la mission de la Fondation du CUSM d’aider à changer le cours des vies et de la médecine, notamment en soutenant la lutte contre la COVID-19. Faites un don.

Share This