Cancer

Une chercheuse du CUSM reçoit le prix inaugural de la Société canadienne du cancer

Montréal, le 17 mai 2021

La Fondation du CUSM est ravie d’annoncer que la Dre Julia Valdemarin Burnier, chercheuse junior à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) et professeure adjointe aux départements d’oncologie et de pathologie de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université McGill, a reçu l’une des 15 bourses inaugurales pour chercheur émergent de la Société canadienne du cancer (SCC). Cette bourse fournira des fonds de recherche au cours des cinq prochaines années pour soutenir sa recherche sur la façon dont les cellules tumorales excrètent de l’ADN dans les fluides corporels comme le sang.

« Le financement de la SCC aura sans aucun doute un impact sur la prochaine phase de mon programme de recherche », a déclaré la Dre Burnier. « Non seulement mon projet sera concrétisé, mais le financement me permettra également de me concentrer sur le développement de ma carrière, pour devenir une meilleure leader et mentore pour la prochaine génération de scientifiques. »

Après avoir obtenu son doctorat en biologie du cancer à l’Université McGill, Julia Burnier a effectué des stages postdoctoraux à McGill et au Centre de régulation génomique de Barcelone. Elle se concentre actuellement sur l’utilisation de la biopsie liquide pour surveiller la maladie. Lorsqu’un cancer est présent dans l’organisme, il libère de petits morceaux de son ADN dans la circulation sanguine. La biopsie liquide consiste à détecter cet ADN, ce qui permet aux médecins de suivre la progression et la propagation du cancer chez chaque patient. Cette technologie constitue une étape importante dans l’évolution des traitements du cancer et peut aider les médecins à le détecter dans l’organisme avant même la formation d’une tumeur.

« Mon laboratoire étudie de près l’ADN tumoral circulant comme biomarqueur du cancer à l’aide de la biopsie liquide », explique-t-elle. « Cependant, on sait peu de choses sur les mécanismes qui sous-tendent la façon dont les cellules sécrètent de l’ADN dans la circulation sanguine. L’objectif de ce projet de cinq ans est d’étudier les origines de l’ADN tumoral circulant, afin de mieux comprendre les données de la biopsie liquide, ce qui se traduit par un suivi plus personnalisé et moins invasif du cancer. L’impact sur la qualité de vie des patients qui vivent avec un cancer sera immense. » 

La SCC a lancé le programme du Prix pour chercheur émergent dans le but d’établir et de faire progresser des scientifiques et des cliniciens-scientifiques prometteurs en début de carrière partout au Canada, en mettant l’accent sur la recherche sur le cancer.

« Il est essentiel de soutenir aujourd’hui les jeunes chercheuses et chercheurs les plus prometteurs dans le domaine du cancer pour que nous puissions continuer à progresser dans notre lutte, aujourd’hui et dans les décennies à venir », a déclaré la Dre Judy Bray, vice-présidente de la recherche à la SCC. « C’est pourquoi, grâce à nos donateurs et nos alliés, nous investissons dans la prochaine génération de chercheuses et chercheurs afin d’accélérer le changement pour la prévention des cancers et aider les personnes atteintes à vivre pleinement et plus longtemps auprès de leurs proches. »

 « Je suis absolument ravie que la Dre Burnier ait reçu ce prix », déclare Julie Quenneville, présidente-directrice générale de la Fondation du CUSM. « La biopsie liquide est un nouvel outil puissant pour le diagnostic et le suivi du cancer, et la Dre Burnier est l’une des plus grandes expertes à Montréal dans ce domaine. J’ai hâte de voir sa carrière s’épanouir dans les années à venir. »